Manduvira

Manduvira

  • coopérative de plus de 1000 petits cultivateurs de canne à sucre et de graines de sésame
  • gère en interne toute la chaîne de production de la canne à sucre depuis 2014
  • vend son sucre de canne et ses graines de sésame bio directement à Oxfam
« Grâce au commerce équitable, nous avons pu évoluer en coopérative. Depuis lors, nous avons notre propre usine et nous faisons nous-mêmes nos produits finis. Cela a eu un impact profond sur ma vie et celle de mes enfants. »

— Antonio Maldonado, producteur de Manduvirá

Sucre et sésame du Paraguay

La coopérative paraguayenne Manduvirá a lentement évolué depuis sa création en 1975 jusqu’à devenir l’organisation solide qu’elle est aujourd’hui. Désormais, elle vend son sucre et ses graines de sésame fairtrade certifiés bio dans plus de 30 pays.

Elle rassemble environ 1 000 petits cultivateurs de la petite ville d’Arroyos y Esteros, qui mettent tout en œuvre pour fournir une qualité élevée dans une production durable. Leur objectif : le développement (info en néerlandais) économique, social et écologique de leur petite communauté.

La coopérative Manduvirá distribue la moitié de la prime Fairtrade qu’elle gagne à ses producteurs. L’autre moitié, elle l’investit dans les installations de transformation et le soutien technique pour les cultivateurs de sucre et de sésame. Par ailleurs, la coopérative soutient des projets durables dans la région, notamment une usine de biocompostage et une campagne encourageant une alimentation saine.

Sucre fairtrade produit en interne

Initialement, la coopérative Manduvirá vendait le sucre de canne de ses cultivateurs à la sucrerie locale OTISA. Mais comme celle-ci avait le monopole du sucre dans la région, elle imposait aux cultivateurs un prix beaucoup trop bas. La coopérative est parvenue à contraindre l’usine à augmenter ses prix. Cela a permis à Manduvirá de gagner la confiance de nombreux producteurs de canne à sucre.

Pour augmenter leurs revenus, les producteurs de canne à sucre devaient devenir moins dépendants d’acheteurs puissants comme la sucrerie OTISA. En décembre 2011, Manduvirá s’est dès lors lancée dans la construction de sa propre sucrerie, inaugurée en avril 2014.

Depuis qu’ils ont leurs propres installations, les cultivateurs gagnent beaucoup plus. La coopérative économise les frais de location et le transport vers une usine externe. De plus, elle peut négocier elle-même le prix du sucre fairtrade avec ses acheteurs.

“Au Paraguay, on nous a pris pour des fous. On nous a dit: ‘Vous êtes pauvres, vous ne pourrez jamais vendre directement votre sucre, et encore moins avoir votre usine’. Fair trade nous a dit: mais si, c’est possible,” raconte Andrés González, directeur général de Manduvirá.

Manduvirá & Oxfam: rectifier les injustices

Pour commercialiser du sucre paraguayen sur le marché européen, il faut payer des droits de douane élevés (419 € par tonne de sucre). C’est une façon pour l’Europe de protéger son propre marché, mais cela ne laisse pas aux producteurs paraguayens une chance équitable (info en néerlandais).

De plus, le Paraguay n’est pas en bord de mer, ce qui complique encore l’exportation de ses produits. Le sucre et le sésame faitrade de producteurs comme Manduvirá doivent emprunter le fleuve Paraguay pour rejoindre le port de Buenos Aires en Argentine.

Le sucre de canne biologique du Paraguay n’est donc pas en position de concurrencer le sucre issu de la betterave produit en Europe (et souvent généreusement subsidié (info en néerlandais)). Bien qu’il soit souvent plus efficace et plus durable.

C’est pourquoi Oxfam choisit de travailler avec des producteurs bio du Paraguay. Chaque année, nous achetons 8 conteneurs de sucre fairtrade certifié bio et 2 conteneurs de sésame bio à Manduvirá.

En ce moment, nous vendons 41 produits de ce partenaire :

Affichage de 1–24 sur 41 résultats