Chocolat Fairtrade

Oxfam se mobilise pour un secteur du cacao plus durable.

Bien sûr, vous choisissez le chocolat Fairtrade d’Oxfam pour sa qualité, parce qu’il est fabriqué selon la tradition belge et parce que vous y trouvez votre variété préférée… Mais ce qui fait vraiment sa particularité, c’est son côté durable.

Il permet aux producteurs et productrices de cacao d’Afrique de l’ouest d’améliorer sensiblement leurs revenus. Et vous soutenez la lutte d’Oxfam contre la pauvreté, le travail des enfants et la déforestation. Tout cela, rien qu’avec du chocolat !

Pourquoi le chocolat Fairtrade d’Oxfam est-il plus durable ?

La majorité des cacaoculteurs et cacaocultrices vivent dans une extrême pauvreté. En moyenne, leurs revenus ne couvrent qu’un tiers de ce qui leur est nécessaire pour leurs besoins essentiels. Écrasés sous le poids de cette insuffisance systématique, les producteurs et leur famille ne peuvent faire aucun projet d’avenir durable.

Conséquence : le travail des enfants est largement répandu dans la culture du cacao en Côte d’Ivoire et au Ghana (qui constituent environ 60 % de la production mondiale de cacao).

Comment est-ce possible ? Le monde entier consomme du chocolat et pourtant les producteurs et productrices de cacao ne parviennent pas à rentabiliser leur précieuse ressource ? Le secteur mondial du cacao est dominé par une poignée d’entreprises. Cette concentration de pouvoir ne laisse aucune chance aux peti.te.s producteurs et productrices. Et laisse le champ libre aux violations des droits humains.

La forêt tropicale paie elle aussi un lourd tribut à la culture du cacao. En Côte d’Ivoire et au Ghana, c’est la principale cause de déforestation. Les dernières parcelles boisées de ces deux pays sont gravement menacées. Mais les producteurs n’ont pas d’autre choix pour assurer leurs maigres revenus.

Le commerce équitable cible la pauvreté structurelle des cacaoculteurs, car c’est là que se trouve la racine de tous ces maux.

Vers un chocolat belge durable

En 2018, Oxfam a rejoint la plateforme multiparticipative Beyond chocolate, où le secteur belge du chocolat s’engage à garantir, d’ici 2030, aux producteurs et productrices de cette ressource nécessaire à la fabrication de notre friandise nationale, un revenu vital leur permettant de vivre décemment. L’ambition est louable mais encore faut-il qu’elle se concrétise par des actions et une transparence absolue. Oxfam est là pour veiller au grain !

Trop souvent encore, le prix que le producteur reçoit pour son cacao se trouve dans l’angle mort des stratégies de développement durable des entreprises chocolatières. En tant que pionniers du commerce équitable, nous nous devons de donner l’exemple. Nous voulons mettre la barre plus haut.

Bart Van Besien, expert en cacao chez Oxfam Belgique

Comment le chocolat Oxfam améliore-t-il la vie des producteurs ?

Les cacaoculteurs et les cacaocultrices n’ont pas besoin de charité. Ils et elles ont des droits ! Et ceux-ci doivent être respectés. Avec un prix juste, par exemple, et des contrats à long terme qui leur permettent de mieux répartir les risques.

En tant que pionnier belge du commerce équitable, nous mettons la barre toujours plus haut et nous espérons que notre exemple inspire d’autres entreprises.

Nous achetons directement aux coopératives cacaoyères

En nous positionnant comme un partenaire commercial fiable, nous permettons aux coopératives de se développer de manière autonome. Nous aidons les coopératives débutantes à faire leurs premiers pas et avec les coopératives établies, nous créons un impact supplémentaire sur les revenus et le bien-être de leurs membres et sur l’environnement.

Nous payons un prix beaucoup plus élevé

Avec les prix actuels du cacao, les producteurs ne peuvent pas gagner correctement leur vie. C’est pourquoi Oxfam propose une rémunération plus élevée et traite directement avec les cultivateurs et cultivatrices. Le projet Bite to Fight est une façon pour Oxfam d’aider les cacaoculteurs à combler l’écart qui les sépare d’un revenu viable. Et de montrer au reste du secteur du cacao que c’est possible.

Nous nous mobilisons pour une production de cacao durable

Nous informons nos partenaires sur les alternatives durables à l’abattage des forêts. Car il n’est pas nécessaire de déboiser davantage de forêt tropicale lorsque les cacaoyers ne donnent pas assez. Dans les vergers agroécologiques, des cacaoyers de différents âges se côtoient. Et entre les cacaoyers poussent des arbres qui fournissent de la nourriture et des arbres à hautes tiges qui prodiguent de l’ombre et forment une source de revenus supplémentaire pour les cultivateurs grâce à leur bois.

Nous nous battons pour un secteur du cacao et du chocolat durable

À travers nos observations et notre lobbying, nous mettons les puissants face à leurs responsabilités, tant en Belgique qu’au niveau international (avec le VOICE Network). Tous les deux ans, nous publions un Baromètre du cacao, confrontant le secteur à sa réalité et pointant les responsabilités.

Nous tapons du poing sur la table pour les droits de ces familles qui cultivent le cacao. Aux côtés de nos partenaires, nous œuvrons donc pour un revenu viable pour les cacaoculteurs et cacaocultrices et une législation qui protège les petits producteurs.

Chocolat Bite to Fight : encore plus d’impact, avec la même qualité

Pour le cacao du chocolat Bite to Fight, Oxfam paie aux producteurs et productrices une prime supplémentaire, en plus du prix minimum et de la prime Fairtrade que perçoivent tous nos partenaires. Nous souhaitons ainsi réduire l’écart qui existe encore avec un revenu juste et décent pour les cacaoculteurs d’Afrique de l’ouest.

La campagne derrière cette gamme de produit a pour but d’attirer l’attention sur les difficultés du secteur du chocolat. Elle a reçu un International Fairtrade Award en 2020.

Et le chocolat ? Toujours aussi délicieux, bien sûr !

Projet pilote en Côte d’Ivoire

La Côte d’Ivoire fournit 40 % de la réserve de cacao mondiale. Et pourtant, ses cultivateurs sont parmi les plus pauvres au monde. La déforestation et le travail des enfants sont des problèmes omniprésents dans le pays.

Depuis 2016, Oxfam Fair Trade travaille en collaboration avec la coopérative ivoirienne CPR Canaan, spécialisée dans le cacao. Sa présidente, Virginie Gnako, s’inscrit pleinement dans la mouvance du changement positif, notamment au niveau de l’écologie et du rôle de la femme dans la cacaoculture.

Depuis 2019, la coopérative CPR Canaan perçoit une prime supplémentaire, qu’elle investit dans des initiatives durables et d’avenir. Comme l’amélioration de l’infrastructure sanitaire, l’accès à l’eau potable, l’agriculture durable et la diversification des cultures, notamment les tomates. Ces initiatives contribuent directement à la qualité et à la rentabilité de la récolte de cacao.

Ce qui permet aux cacaoculteurs d’obtenir un revenu décent.

Qu’est-ce que Bite to Fight ?

Vous voyez ce logo ? Alors ça veut dire qu’Oxfam Fair Trade a payé une prime supplémentaire aux producteurs de cacao, en plus du prix et de la prime Fairtrade appliqués dans le monde entier.

Cette prime Oxfam comble l’écart de revenus pour nos partenaires et leurs familles. Ils reçoivent ainsi un revenu viable pour leur travail durable et peuvent ainsi se constituer progressivement une marge pour les éventuelles périodes plus creuses.