Fair trade est bien plus qu’un buzz ou une tendance excentrique. De plus en plus on rencontre dans les rayons de magasin des produits labellisés fair trade répondant à quelques critères sévères concernant la production et le marketing. Le commerce équitable est en effet la façon par excellence d’améliorer le sort de millions de paysans. Si l’on offre à ceux-ci l’opportunité de mettre sur le marché à bon prix leurs produits, ils sont capables de se construire une meilleure vie.

Le commerce équitable est exempt d’abus de pouvoir et de règles inéquitables. Notre principale activité consiste en l’achat et la vente de matières premières. Mais à côté de cela, nous plaidons via le mouvement Oxfam-Magasins du Monde asbl pour que les conditions suivantes soient également remplies:

  1. Observez des règles commerciales équitables permettant à chacun de vendre ses produits
  2. Payez un prix contribuant à un revenu honorable
  3. Achetez directement, avec un maximum de transparence
  4. Investissez dans le redressement de capacité des producteurs défavorisés
  5. Respectez l’homme et l’environnement
  6. Agissez à partir d’un partenariat durable

1. Observez des règles commerciales équitables permettant à chacun de vendre ses produits

Le système commercial en vigueur comprend des règles qui empêchent de vendre sur notre marché occidental, à un prix compétitif, des produits du Sud. Il s’agit par exemple de taxes à l’importation ou de subsides susceptibles de protéger les cultivateurs européens contre des produits moins chers provenant du Sud. Ce protectionnisme est une forme de concurrence déloyale. Les paysans d’Afrique, d’Asie et d’Amérique Latine en sont les dupes. Nous sommes d’avis que les autorités devraient utiliser leur pouvoir afin d’introduire des règles équitables qui profitent tant aux consommateurs qu’aux producteurs, au lieu de défendre seulement les intérêts des grandes entreprises.

Oxfam réveille les consciences du public en ce qui concerne les rapports de commerce inégaux partout dans le monde. Nos volontaires d’Oxfam-Wereldwinkels constituent un ’mouvement contraire’ de gens critiques qui optent pour la solidarité et le respect. Nous mettons sous pression la politique et le monde de l’entreprise pour qu’ils prennent des mesures dans l’intérêt des groupes de producteurs marginalisés, surtout dans le Sud.

2. Payez un prix contribuant à un revenu honorable

Souvent les producteurs ont une faible position de négociation lors de la vente de leurs produits. Parfois ils sont totalement dépendants de revendeurs qui veulent payer le moins possible pour pouvoir en tirer un maximum de bénéfice. Oxfam paie le prix fair trade minimum international pour toute une liste de produits. Pour les produits alimentaires pour lesquels il n’existe pas (encore) de norme fair trade, Oxfam Fair Trade et les producteurs conviennent entre eux d’un prix juste.

Le prix fair trade minimum tient compte du genre de travail, de l’effort livré et du pouvoir d’achat du producteur. Ce qui détermine aussi le prix fair trade minimum, ce sont les différences selon le pays, la région et la qualité. Ce prix minimum est un prix pilote. Dans la pratique les organisations de commerce équitable négocient le prix avec le producteur. Elles ne paient jamais moins que le prix minimum, mais parfois bien plus, à coup sûr si le prix du marché est supérieur au prix fair trade minimum.

En plus du prix minimum, Oxfam paie également une prime servant au développement social et économique de toute la communauté. Le groupe de producteurs décide démocratiquement comment il dépensera cette prime. Souvent ce groupe construit avec cet argent des écoles, des centres de santé, des magasins, des routes ou il organise des séances de formation pour ses membres.

De cette façon Oxfam offre aux producteurs l’occasion d’un revenu honorable couvrant les frais de production et permettant de payer nourriture, vêtements, logement et soins médicaux. Parfois les producteurs ne vendent qu’une petite partie de leur récolte via le commerce équitable. Dans ce cas-là le commerce équitable n’intervient que pour une petite part dans le revenu familial. Le commerce équitable ne peut donc pas toujours garantir un revenu digne, mais plus un producteur vend aux organisations de commerce équitable, plus il augmente ses revenus.

3. Achetez directement, avec un maximum de transparence

Oxfam Fair Trade achète une partie des produits en ligne directe chez les organisations de producteurs bénéficiant d’un certificat fair trade. Parfois l’achat et/ou l’exportation s’effectuent à l’aide d’un intermédiaire qui peut être soit une organisation qui coiffe et soutient plusieurs groupes de producteurs (par exemple Del campo au Nicaragua), soit une entreprise socialement responsable (par exemple une usine) qui achète des matières premières chez des groupes locaux de producteurs et qui transforme la matière brute en produit exportable (par exemple le thé).

Parfois l’achat s’opère au moyen d’un intermédiaire qui peut être une autre organisation (européenne) de commerce équitable avec qui Oxfam Fair Trade coopère. Nous collaborons seulement avec des organisations de commerce équitable affiliées aux coupoles internationales comme IFAT (Integrated Factory Acceptance Test), FLO (Fairtrade Labelling Organizations International) ou EFTA (European Fair Trade Association). Ces organisations garantissent que l’achat se passe le plus directement possible et à 100% selon les principes du commerce équitable. Les produits alimentaires d’Oxfam Fair Trade portent souvent le label fair trade accordé par Fairtrade Belgium. En outre tous nos produits sont examinés et homologués par des organisations externes de labellisation.

4. Investissez dans le redressement de capacité des producteurs défavorisés

Oxfam Fair Trade fait du commerce avec des producteurs pauvres ou marginalisés du Sud qui s’organisent. Nous prenons des mesures permettant de rendre plus forts sur plusieurs domaines ces producteurs défavorisés. A travers notre mouvement de bénévoles Oxfam-Wereldwinkels, nous apportons notre soutien et procurons notre conseil sous forme de:

  • crédits d’investissement ou de prêts-relais
  • avances
  • programmes de formation
  • assistance dans le développement du produit
  • coopération dans l’amélioration de la qualité

Ce soutien et ce conseil arrivent directement chez les producteurs pauvres ou défavorisés collaborant dans des organisations démocratiquement dirigées (le plus souvent des coopératives) et chez des producteurs collaborant avec une entreprise socialement responsable pour le traitement de leur production, de sorte qu’ils aient un impact sur le développement régional.

5. Respectez l’homme et l’environnement

De toute évidence Oxfam Fair Trade n’achète qu’auprès de producteurs travaillant dans des circonstances convenables. Les conditions de travail ne peuvent jamais enfreindre les normes de l’OIT (Organisation Internationale du Travail). Il s’agit de respect pour la santé, de liberté de syndicat, d’équivalence, d’interdiction du travail d’enfants… sur le lieu de travail.

Oxfam est attentif au développement écologique durable. Nous traitons intelligemment les ressources naturelles. Nous utilisons des méthodes de production susceptibles d’économiser de l’énergie. Nous tendons à un transport écologique. Nous optons pour une gestion efficace et durable en matière de conditionnement et de traitement des déchets.

6. Agissez à partir d’un partenariat durable

Le commerce équitable n’est pas synonyme d’un seul petit achat. Oxfam Fair Trade offre aux producteurs un accès structurel au marché et leur garantit une relation de long terme. Comme les producteurs ont la certitude d’une collaboration à longue échéance, ils sont en mesure de planifier, d’agrandir leur expertise, d’améliorer leur situation sur le marché et de se développer durablement.