Coopesarapiqui

Coopesarapiqui

  • coopérative de producteurs de yuca, café et banane du Costa Rica
  • se concentre sur l’exploitation de différentes sources de revenus
  • accueille les touristes du monde entier dans le cadre de son coffee tour
« Oxfam nous paie beaucoup plus pour notre yuca que le faible prix que nous offre le marché du Costa Rica. Avec la prime Fairtrade, Coopesarapiquí met en place des projets sociaux et nous soutient dans la culture du café. »

— Coopesarapiqui, Costa Rica

Les cultivateurs se serrent les coudes au Costa Rica

Sarapiquí, au nord du Costa Rica, est l’une des régions les plus pauvres du pays. En 2009, un violent séisme a ravagé la région. Il a détruit une partie des plantations de café et gravement endommagé les infrastructures. À certains endroits, les traces de la catastrophe sont encore visibles. Faire partie d’une coopérative florissante peut faire une réelle différence pour les petits producteurs de cette région.

Coopesarapiquí regroupe environ 170 familles d’agriculteurs de cette région. Ceux-ci vivent principalement de la culture du café, qu’ils commercialisent ensemble via la coopérative. Liés par des valeurs telles que l’honnêteté et la solidarité, ils mettent également en place divers projets sociaux. Des bourses scolaires pour les enfants des membres, par exemple.

D’autre part, Coopesarapiquí investit constamment dans la qualité de ses produits finis, comme les chips fairtrade. Elle cherche toujours à utiliser la technologie la plus propre et prend en compte l’impact de ses activités sur l’environnement.

Pour cela, elle collabore avec 6 autres coopératives équitables du consortium Coocafé.


Des revenus supplémentaires grâce aux chips de yuca

Les agriculteurs de Coopesarapiquí sont bien conscients qu’il vaut mieux ne pas parier sur un seul cheval lorsqu’il s’agit de gagner sa vie. C’est pourquoi ils produisent aussi beaucoup de yuca, de bananes et d’ananas en plus du café. Chez Oxfam, vous trouverez d’ailleurs des chips fairtrade de yuca et de banane.

Coopesarapiquí possède 17 hectares de terres où elle fait pousser du yuca, également appelé cassave ou manioc. Ce légume-racine très nourrissant est beaucoup utilisé dans la cuisine costaricaine mais est rarement cultivé en vue d’être exporté. Quand la demande est élevée, la coopérative travaille avec les cultivateurs de yuca locaux.

L’écotourisme et les cultivateurs fairtrade

L’écotourisme est une autre source de revenus vers laquelle se tournent les membres de Coopesarapiquí depuis quelques années. Une excellente décision, car le Costa Rica est l’un des pays les plus touristiques d’Amérique du Sud. Avec son Mi Cafecito Coffee Tour, Coopesarapiquí fait découvrir l’ensemble du processus, du grain de café à la tasse de café fairtrade.

Coopesarapiquí & Oxfam

  • Les chips de yuca certifiés fairtrade que vous trouverez dans sa boutique, Oxfam Fair Trade les achète au consortium Coocafe depuis 2009. Le consortium achète son yuca auprès de Coopesarapiquí, à un prix équitable. Les cultivateurs tirent ainsi beaucoup plus de leurs produits que s’ils les vendaient ailleurs. Coocafe verse la prime équitable d’Oxfam directement à Coopesarapiquí.
  • Les chips de banane d’Oxfam proviennent également de Coopesarapiquí. Certains membres de la coopérative cultivent des bananes à cet effet. Ce qui leur donne un revenu complémentaire bienvenu en plus des revenus qu’ils tirent du café. Les plantations de café et de bananes sont complémentaires. Les grandes feuilles de bananiers protègent les plants de café de la pluie.
  • Au total, Oxfam achète chaque année en moyenne 12 conteneurs de chips à Coopesarapiquí.

En ce moment, nous vendons 7 produits de ce partenaire :

7 résultats affichés